Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 05:34

mob67_1165917688-1-.jpg

 

Ramses III (règne : 1186 à 1154 environ)

 

Tiÿ, Grande Epouse royale, a une rivale à la cour, Isis, dont le fils Ramses est l'héritier désigné du trône. Tiÿ veut mettre son propre fils, Pantaouret, sur le trône. Malheureusement, il y a un obstacle : la pharaon Ramses III. Ce roi est impopulaire car le luxe de la cour cache la grave crise économique qui touche le peuple égyptien. C'est un bon vivant qui aime le luxe et les festins. L'argent manque, les ouvriers ne sont plus payés et il va arriver une chose extraordinaire. Les ouvriers vont organiser la première grève de l'histoire. De plus, la guerre gagne le pays par l'Est et par l'Ouest. C'est une guerre de conquête qui est menée contre le pays. En fin tacticien, Ramsès a su piéger les peuples de la mer par une ruse. Malgrés cette victoire, le pharaon est mort brutalement : assassinat ? Cela ne fait aucun doute. Pourquoi ? Par qui ? Comment ? Nous avons répondu à la première question. Par qui ? Nous le savons aussi : le harem de Médinet-Abou. Comment ? ça, c'est une autre question, car là il y a eu longtemps plusieurs hypothèse. Il n'a pas été tué par un coup sur la tête. Or, un coup d'Etat a bien été tramé contre le roi, et par des très hauts dignitaires. Une nuit, le palais royal est pris d'assaut par une bande armée, mais elle est maîtrisée par les gardes du palais. Dans la salle du harem, les femmes s'occupent de divertir le roi. L'ont-elles empoisonné ? Cette hypothès semble aujourd'hui mise de côté. Mais alors, comment ? Il se trouve que certains détails ne trompent pas. Sur la tombe du pharaon d'abord et dans le compte rendu du procès ensuite. Le coupable, donc, suspens, serait...un serpent. Une vipère du désert aurait été introduite dans les draps de la couche, et, lorsque le pharaon arrive le soir avec celle qu'il a choisie, il fut mordu par le reptile. Il agonisa quinze jours et eut le temps de faire commencer l'enquête. Les coupables du complot sont alors impitoyablement traqués. Verdict : 33 condamnations à mort (dont le prince Pantaouret et le chambellan du roi). Les juges, qui seront corrompus par les femmes du harem - qui veulent sauver leur vie - seront mutilés (nez, oreilles et langues coupés). Quant au harem, il disparaît des registres de l'administration royale. Plus trace des femmes : toute tuée ? Toujours est-il que Tiÿ ne sera jamais enterrée dans le tombeau prévue pour elle.      

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> Le rôle des femmes en politique durant l'antiquité... il a peut-être été plus subtil que ce que les historiens, les machos, ont bien voulu l'écrire ?!<br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Concernant les femmes, il y a une Histoire des femmes en Occident qui a été publiée en cinq volumes aux éditions Perrin (collection Tempus) par des<br /> historiens et sociologues comme Georges Duby, Michèle Perrot, et autres... C'est vrai qu'il y a des machos, mais, malheuresement encore aujourd'hui, l'Histoire est une discipline accaparé par les<br /> hommes, du moins pour les historiens les plus connus... Non pas que j'en ai après les hommes (j'en suis un et je fais des études d'histoire), mais parceque les femmes s'occupent de sujet dont les<br /> hommes se désintéressent (notamment la vie des enfants, l'éducation, la grossesse, les habits, etc.) La guerre, la politique, les relations maritales, l'industrie, etc, sont des sujets<br /> masculin... Pour "casser" les préjugés, il faut un certains temps... Moi-même d'ailleurs, dans mon blog, je m'intéresse peu aux sujets dits féminin ? Je suis loin d'être un macho, du moin<br /> j'espère...<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : La Crise des Consciences
  • : Ce blog a été créé par un étudiant en histoire et sociologie de l'Université du Havre. Il propose des articles allant du travail universitaire (exposé, compte-rendu...) à l'analyse spontanée de l'actualité... Il est donc à la fois objectif et subjectif, partial et impartial, méritant la plus grande prudence concernant les analyses de l'actualité notamment car elles sont parfois politiquement orientées.
  • Contact

Recherche

Archives